TPE 2008-2009 : L'influence des Lobbies dans la société américaine

02 décembre 2008

Lexique

Lobby : Le mot anglais lobby signifie couloir, vestibule. Les première utilisations politique du terme datent du XIXème siècle. Dès 1830, le terme lobby désignait les couloirs de la Chambre des Communes britannique où les membres de groupes de pression pouvaient venir discuter avec les membres du parlement.

Lobbyisme : Un groupe de pression ou groupe d'intérêts est un groupe de personnes plus ou moins organisées qui ont pour but de défendre leurs interêts particuliers, déterminées à promouvoir ou à empêcher des changements politiques auprès d'organismes publics, sans essayer d'être élus. C'est d'ailleurs par ce dernier énoncé qu'il se différencit le plus des partis politiques. Le terme "lobbyisme" désigne une tentative d'influencer les autorités.

National Rifle Association (NRA) : Lobby des armes défendant le port d'armes à feu, en concordance avec le deuxieme amendement de la constitution des Etats-Unis

Posté par The Pilou à 20:34 - - Permalien [#]


09 décembre 2008

Introduction

Savez-vous exactement comment est gouverné notre société ? Existe t-il des organismes capablent d'influencer de manière légale ou non les décisions prisent par un gouvernement ? Si oui, comment font-ils pour mener à bien leurs actions ? Nous nous intéresserons au cas de la société américaine où nous verrons dans la première partie qui représente ces organismes, leurs actions dans l'histoire, dans une seconde partie leurs modes de fonctionnement, leurs limites et les dangers engendrés, et pour finir dans une dernière partie des exemples concrets, dans notre vie quotidienne. Nous verrons ainsi comment certaines manipulations et injustices peuvent se faire dans la plus grande discretion et souvent illegalement.

Posté par The Pilou à 14:02 - - Permalien [#]

16 décembre 2008

Partie I : Qu'est-ce qu'un "lobby" ?

Le "Lobby" signifie en francais "couloir", "vestibule".
Le lobbying peut être défini comme l'attitude et l'action des groupes de pression (lobbies) qui cherchent à protéger leurs intérêts face aux décisions des pouvoirs publics. Cela suppose que le pouvoir public accepte ce dialogue, et l'histoire du lobbying se confond ainsi dans une large mesure avec celle des démocraties.
En pratique confrontés a un texte ou a une décision administrative ou politique susceptible de modifier sensiblement le contexte de leurs activités, les groupes d'intérêts prennent les devants; la décision officielle  se trouve alors  au centre d'un dispositif officieux qui la surveille et cherche a l'infléchir (= atténuer, adoucir).
Le lobby agit pour ne pas subir. Né dans les milieux d'affaires aux Etats-Unis dès le début du XIXème siècle le lobbying s'est depuis considérablement développé et internationalisé. Il s'est progressivement étendu à l'ensemble des acteurs sociaux : les groupes de pression défendant des intérêts collectifs non-économiques font eux-aussi du lobbying (protection de l'environnement, lutte antitabac, etc...). Il est également devenu plus offensif : certains groupes de pression prennent l'initiative et suggèrent eux-mêmes aux législateurs de nouvelles lois.

La corruption est la perversion ou le détournement d’un processus ou d’une interaction entre une ou plusieurs personnes dans le dessein, pour le corrupteur, d’obtenir des avantages ou des prérogatives particuliers ou, pour le corrompu, d’obtenir une rétribution en échange de sa bienveillance. Elle conduit en général à l’enrichissement personnel du corrompu. C’est une pratique qui peut-être tenue pour illicite selon le domaine considéré (commerce, affaires).
Elle peut concerner toute personne bénéficiant d’un pouvoir de décision, que ce soit une personnalité politique, un fonctionnaire, un cadre d’une entreprise privée, un médecin, un arbitre ou un sportif, etc.
On distingue la corruption active de la corruption passive. La corruption active consiste à proposer de l’argent ou un service à une personne qui détient un pouvoir en échange d’un avantage indu. La corruption passive consiste à accepter cet argent. Un exemple classique est celui d’un homme politique qui reçoit de l’argent à titre personnel ou pour son parti de la part d’une entreprise de travaux public et en retour lui attribue un marché public. L’homme politique pourrait être accusé de corruption passive : il a reçu de l’argent, alors que l’entreprise peut, elle, être accusée de corruption active.

Les lobbies ne sont pas très connu dans notre société actuelle, alors qu'ils sont au coeur de principales décisions politiques. Après un court sondage auprès des professeurs, nous pouvons voir que seulement certains savent l'utilité du lobbyisme ( environ 66%), mais dans notre génération ce terme est méconnu. C'est un tort, car par exemple sont recensé rien qu'à Washington DC 6000 organisations et 25 000 lobbyistes !

sondage_lobby_oui_non

Nous constatons que seulement 2/3  des professeurs interrogés connaissent les lobbys

Exemple de Lobbys actuelles

nra_logo

La National Rifle Association (NRA)  est une association à but non-lucratif des Eats-Unis, consistant à faire du lobbying en faveur des armes à feu et à défendre une interprétation non restrictive du IIème amendement de la Constitution des Etats-Unis d'Amérique. La NRA a été créée peu après la guerre de Sécession par des officiers de l'Armée de l'Union consternés devant le peu de compétences en maniement des armes par les soldats de l'Union pendant la guerre. Elle fut autrefois présidée par Charlton Heston. La NRA défend le libre commerce des armes à feu, l'entraînement à la survie, aux compétences de tirs, et aux sports de tirs. L'organisation s'est implantée dans l'État de New YORK en 1871 et revendique plus de quatre millions de membres. La NRA se présente souvent comme la plus ancienne organisation des droits civils aux États-Unis, en définissant la possession d'armes comme un droit civil protégé par le Bill of Rights. La NRA est considérée par beaucoup comme étant l'un des plus influents lobbies politiques des États-Unis en raison de sa capacité à régulièrement fournir un grand nombre de votes le jour des élections.Cependant, en dépit des plus grands efforts de la NRA, les lobbies « anti-armes » ont accompagné la naissance des lois de restrictions d'armes à feu. Ces lois ont été de l'interdiction quasi totale des armes à feu à Washington DC, jusqu'à la mise hors la loi de classes entières d'armes à feu dans plusieurs États aussi bien qu'au niveau fédéral et jusqu'à la régulation par l'établissement de permis auprès de certaines juridictions. La NRA s'oppose à la création de nouvelles lois contre le port d'arme en faveur du renforcement des lois existantes qui interdisent aux personnes condamnées ou emprisonnées de posséder une arme à feu, qui renforcent les condamnations pour les crimes avec arme à feu, et qui facilitent les formalités qui pbermettent d'obtenir un permis de port d'arme cachée (comme dans beaucoup d'États).

160px_NRA_Virginia_HQ
Le siège de la NRA a Fairfox en Virginie

La NRA défend un large éventail de programme pour la sûreté des armes à feu par l'éducation et en encourageant un usage prudent de celles-ci. L'association diffuse par exemple une vidéo intitulée « Eddie Eagle » pour les enfants, invitant à la prudence le jeune spectateur qui verrait trainer une arme à feu : « Stop ! N'y touche pas ! Sors d'ici ! Parles-en à un adulte ! » . La NRA affirme que le programme « Eddie Eagle » réduit les risques d'accidents par armes à feu à la maison ; le programme est utilisé dans les écoles un peu partout aux États-Unis. Ses adversaires refusent cette affirmation et accusent une telle vidéo de participer à un programme « d'endoctrinement » des enfants à une culture des armes.

Fondateur : William Conant Church, George Wood Wingate
Fondation : Novembre 1871, a New York ( Etats-Unis )
Siège central : Fairfax, en Virginie
Origine : American Rifle Association
Personnage clef : Ambrose Burnside et Charlton Heston
Président : John C.Sigler
Méthode : Lobbying
Financement : Dons
Membres : Plus de 4 millions
Site internet : NRA.org


NAM_tpe

La National Association of Manufacturers ou NAM est une association regroupant les entreprises industrielles américaines.

Créée à Cincinnati, Ohio, en 1895, son siège est désormais à Washington, D.C., avec plus d'une dizaine de représentations à travers les États-Unis. C'est la plus grande association du monde économique américain, représentant les petits et les grands fabricants de tous les secteurs industriels, dans l'ensemble des 50 États américains.

Le but de la NAM est d'améliorer la compétitivité des industriels américains en poussant à la création d'un environnement législatif et réglementaire favorable à ses membres. Elle joue donc un rôle de lobby auprès de la classe politique, des médias et du public américain. Elle est considérée comme le plus puissant lobby économique aux États-Unis.

L'association compte près de 12 000 membres et est actuellement présidée (août 2006) par John Engler.

Au cours de l'été 2006, de vives tensions sont apparues au sein de la NAM, pouvant conduire à un schisme entre grands groupes industriels et PME. Ces dernières, souffrant durement des importations chinoises et de la faiblesse du Yuan, souhaitent un durcissement de la politique commerciale américaine vis à vis de la République populaire de Chine, contrairement aux intérêts des grands groupes qui y ont délocalisés des usines et qui y vendent massivement.

Posté par The Pilou à 13:08 - Permalien [#]

13 janvier 2009

Partie II : Comment font-ils pression, et quelques exemples

Les lobbies influencent beaucoup sur les décisions politiques aux Etats-Unis.

L'arrivée des républicains au pouvoir aux Etats-Unis aura sûrement aidé Microsoft à mettre fin à son procès antitrust. Malgré la poursuite du procès par neuf des dix-huit Etats plaignants, il est légitime de se demander si l'éditeur a pu bénéficier d'appuis politiques auprès du gouvernement Bush.

Une influence difficile à évaluer

Mais les concurrents de l'éditeur ont aussi commencé à bâtir des réseaux d'influence à Washington DC. Parmi les cinq plus gros contributeurs de l'industrie informatique, on trouve ainsi AOL et Oracle, deux sociétés qui ne sont pas en odeur de sainteté du côté de Redmond.

De fait, le procès Microsoft semble avoir converti cette industrie aux joies du lobbying. En 1998, elle était le 25 e (sur 80 industries) contributeur de la classe politique, en 2000 le 7 e . Sans pour autant chercher à s'attirer particulièrement les grâces du parti républicain.

A l'instar de Microsoft, le monde de l'informatique et d'Internet finance les deux grands partis américains à parts égales. Pour le Center for Responsive Politics, cette stratégie neutre " correspond à celle d'une équipe sportive dotée d'un avantage confortable : jouer la défense et préserver le statu quo. L'industrie veut prévenir toute tentative de retour sur ses succès précédents ".

A éviter ainsi de prendre parti, Microsoft ne se met pas en position de bénéficier de l'appui d'un parti, démocrate ou républicain. " Attaquer une des rares sociétés bénéficiaires en pleine récession posait problème au parti républicain ", juge Rob Enderle, analyste au Giga Group.

Le DoJ reste suspicieux

" Mais le département de la Justice [de l'administration Bush] ne fait pas confiance à Microsoft et cet accord le reflète . " Au temps où il travaillait pour IBM, Rob Enderle s'occupait en effet de vérifier la conformité de la compagnie avec l'accord signé avec le département de la Justice au début des années quatre-vingt. Même réalisée en interne, cette vérification s'est souvent révélée paralysante.

Or le département de la Justice a refusé la solution de l'audit en interne. Microsoft sera surveillé par un comité technique de trois membres, l'un désigné par l'administration, le deuxième par l'éditeur, le troisième étant coopté par les deux premiers.

" Le choix des représentants sera très intéressant. Le candidat de Microsoft sera dans une position délicate [il ne peut pas travailler pour Microsoft], tandis que celui du département de la Justice pourra être un des dirigeants de la division antitrust. Ce qui pourrait donner plus de poids à ce côté. "

Férocement, parfois violemment, opposé à toute ingérence gouvernementale dans l'industrie informatique, Microsoft a signé un accord qui donne aux pouvoirs publics un droit de regard sur ses activités.

" Une administration Gore n'aurait certainement pas proposé un tel accord, et Microsoft n'aurait alors rien signé ", juge Robert Litan, vice-président à la Brookings Institution (un des grands instituts d'analyse américains), et ancien responsable de la division antitrust du département de la Justice. Et d'ajouter : " Je pense que l'administration Bush a choisi la solution de l'accord à l'amiable principalement pour éviter les incertitudes du procès à venir, mais aussi parce qu'elle possède une philosophie bien différente des sanctions à appliquer dans un tel cas . "

Ces dernières années, Microsoft n'a pas lésiné sur les moyens pour influencer la classe politique. Selon le Center for Responsive Politics, une association surveillant les dons des particuliers et des entreprises aux responsables politiques, les dépenses en lobbying de l'éditeur ont triplé entre 1997 et 2000.

Microsoft de plus en plus politique

Dépenses en lobbying de Microsoft

1997 : 2,12 millions de dollars

1998 : 3,74 millions de dollars

1999 : 4,86 millions de dollars

2000 : 6,36 millions de dollars

Contributions de l'industrie informatique pour les élections américaines

Cycle d'élection (répartition en % en faveur des démocrates, puis des républicains)

En 2000 : 39,6 millions de dollars (52 % et 46 %)

En 1998 : 9,5 millions de dollars (43 % et 56 %)

En 1996 : 8,9 millions de dollars (47 % et 52 %)

En 1994 : 3,9 millions de dollars (52 % et 47 %)

Les Lobbies et les élections

La campagne électorale de John MacCain était en partie financée ( environ 2 millions de dollars ) par le lobby pétrolier : si ce candidat était élu il allait, pour "remercier" ce financement, permettre le forage par exemple en Alaska, normalement zone protégée car son écosystème y est très fragile, et on y compte beaucoup d'espèces d'animaux protégés est une réserve protégée depuis 1960 en Alaska ( L’Artic National Wildlife Refuge (ANWR). Cet espace est très riche en pétrole, et donc est très convoité par les groupes pétroliers, tentant d'enlever cette interdiction via le financement de la campagne de John MacCain.

alaska_5

Posté par The Pilou à 14:19 - Permalien [#]

01 février 2009

Conclusion

Les lobbies sont des éléments actifs dans la société américaine, que se soit pour influencer une décision politique ou pour soutenir un candidat aux élections présidentielle. On ne peux pas qualifier leurs actions de "corruption" car ces agissements sont tout à fait légaux mais malheureusment peux de personnes sont au courant de l'existance des lobbies, se qui est dommage dans la société où nous vivons car ils sont de plus en plus presents et imposants. Bien que les lobbyies n'aient pas fait l'objet de beaucoup d'étude et qu'il ne soit que très peu connus du publique ils sont au coeur de la plupart des débats et d'importantes décisions politiques.Tout les lobby ne sont pas légaux et ces lobbyies illégaux se font dans un cadre privé et secret.

Posté par The Pilou à 17:01 - - Permalien [#]

Bibliographie

Bibliographie :

L'expansion : Juin 2004 #687 article "Le business aux portes du pouvoir"
Courrier International : -#542 article "Le contrôle des armes, un sujet qui a long feu"
                               -#515 article "Le retour inquiétant du lobby militaire"
                               -#(non relevé) article "Comment les républicains font main basse sur les lobbys"

Webographie :

Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lobby
http://membres.lycos.fr/returnliberty/lobbylobbiesingusa.html
http://www.yabiladi.com/forum/read-66-1467022.html
http://www.lesoir.be/dossiers/elections_us_2008

http://membres.lycos.fr/returnliberty/lobbylobbieslobbyingusa.htm

Posté par The Pilou à 17:09 - Permalien [#]

Les auteurs

Les auteurs de se TPE sur "l'influence des lobbies sur la société américaine" sont Mégane Hadj-Larbi, Pierre Queval, Matthieu Lasalle Et Hugo Quemion.  Nous sommes tous les quatre au lycée Jean Prévost ( Montivilliers ) en classe de Premiere Economique et Sociale 3, et nous avons tous les quatres été intéréssés par ce thème car nous voulions démontrer l'injustice de certaines "manipulations" secrètes.

Posté par The Pilou à 17:49 - Permalien [#]